Logement : les taux de crédit sont toujours faibles

pret-immo

Les taux de prêt logement accusent un recul

Les taux de crédit immobilier incitent toujours les ménages français à réaliser leur projet de logement. Selon les dernières indications de l’observatoire Crédit Logement/CSA, les barèmes auraient même accusé une légère baisse au cours du mois dernier. Ils se sont ainsi situés à 1,47 % en moyenne au premier trimestre de 2018 contre 1,48 % durant la même période en 2017.

On note donc que la tendance baissière des taux de prêt immobilier entamée en 2017 se poursuit en 2018. La situation demeure ainsi propice à l’investissement dans la pierre, que ce soit pour l’acquisition d’une résidence principale ou secondaire, ou même le locatif. Les anciens emprunteurs peuvent également profiter des conditions actuelles pour renégocier leur crédit souscrit plus tôt. Ils ont ainsi la possibilité de réaliser des économies sur leur montant restant dû.

Cependant, même si les taux restent avantageux, on note un recul de la production de crédits logement. La raison principale de cette baisse serait la hausse continue des prix sur le marché de la pierre. Pour ne pas perdre de futurs clients, les établissements prêteurs préfèrent ainsi garder leurs grilles de taux faibles et acceptent aussi d’octroyer des crédits sur de plus longues durées à savoir 30 et 35 ans.

Advertisements

Prêt logement : les taux ont une nouvelle fois reculé

credit-immo

Les taux de crédit immo se sont repliés

Les taux du prêt logement ont une nouvelle fois accusé une baisse selon les analyses du baromètre du crédit immobilier. Chez le courtier Cafpi, les taux se situent à 1,48 % sur 20 ans et 1,71 % sur 25 ans en moyenne. Les particuliers présentant les meilleurs dossiers ont même pu décrocher un prêt immobilier à 1,30 % sur 20 ans. Parallèlement, les taux maxi se situent à 2,15 % sur la même durée.

La situation demeure ainsi toujours favorable pour la souscription d’un crédit immobilier que ce soit pour l’acquisition d’une première ou seconde résidence, pour investir dans le locatif ou encore pour entreprendre la renégociation d’un emprunt obtenu plus tôt. Les taux demeurent faibles grâce au niveau très avantageux des OAT (Obligations Assimilables du Trésor). Cependant, même si les conditions d’accès au crédit restent intéressantes, on note un recul de la demande au cours des premiers mois de l’année.

Ce repli résulte d’ailleurs de la progression continue des prix de l’immobilier qui impacte sur le pouvoir d’achat des ménages français. Ajouté à cela, le recentrage des prêts aidés accusé en début de l’année. Pour rappel, la renégociation de crédit peut permettre de réaliser des économies conséquentes sur le montant restant dû.

ASF : nouvelle progression du crédit conso

capacite-de-remboursement

Le crédit à la consommation affiche une progression

Si on en croit les dernières indications de l’Association française des sociétés financières (ASF), le marché du crédit à la consommation a une nouvelle fois progressé, et continue ainsi sur la bonne lancée des quatre dernières années. Ce redressement a d’ailleurs été possible grâce aux prêts non affectés.

Au cours du premier trimestre de 2018, le crédit à la consommation a progressé de 3,2 % en comparaison à la même période en 2017. Le rapport récemment publié par l’ASF précise également que la production a atteint 10 milliards d’euros aux trois premiers mois. Les prêts personnels ont été le principal moteur de cette progression en accusant une hausse de 1,5 %. On note également que les opérations de LOA (Location avec Option d’Achat) ont aussi contribué au redressement du crédit conso. Ce type de financement a affiché un bond de 15 % contre 13 % au cours de 2017.

Cependant, il faut souligner que le crédit renouvelable a légèrement reculé au début de l’année. Cette formule de financement, qui est libre d’utilisation, a ainsi affiché une baisse de 0,7 %. L’autre point important de cette étude indique que la LOA est de plus en plus utilisée par les particuliers alors qu’elle était initialement prévue pour les entreprises.

Institut CSA : les femmes empruntent moins que les hommes

capacite-de-remboursement

Les femmes préfèrent ne pas s’engager sur les durées de remboursement

D’après une récente enquête réalisée par l’institut CSA, il semblerait que les femmes soient moins réceptives au crédit à la consommation que les hommes. Elles sont 13 % à avoir indiqué ne pas vouloir s’engager sur une durée de remboursement contre 6 % seulement pour les hommes. 14 % des femmes ont aussi exprimé leur manque de confiance auprès des établissements de crédit contre 7 % pour leurs homologues masculins. Cette étude démontre également que les ménages français font plus appel au crédit à la consommation pour réaliser des projets importants.

Crédit : il est toujours possible de décrocher des offres intéressantes

pret-immo

La situation est toujours propice à la souscription d’un crédit logement

Même si les conditions d’accès au crédit immobilier demeurent intéressantes, on note un affaiblissement du côté de la production de prêts. Cela est principalement dû à la hausse des prix sur le marché du logement. Pour réaliser les meilleures opérations, il convient donc de négocier les taux les plus faibles auprès des établissements prêteurs.

Les emprunteurs les plus susceptibles de décrocher les meilleures offres de prêt sont généralement des jeunes entre 25 et 35 ans. Ces derniers peuvent prétendre à des décotes entre 0,10 % à 0,15 % dépendant de leurs revenus. Les emprunteurs disposant d’une situation professionnelle stable et prometteuse sont d’ailleurs privilégiés par les établissements prêteurs. Ils ont également la possibilité d’emprunter sur des durées plus longues et ainsi réduire le montant de leurs de mensualités. Certaines banques acceptent même d’octroyer des prêts sur 30 voire 35 ans.

L’autre point où l’emprunteur peut réaliser des économies est l’assurance-prêt. En optant pour un contrat plus intéressant que celui proposé par le prêteur, le souscripteur peut diminuer le TAEG (Taux Annuel Effectif Global). Il est aussi recommandé d’optimiser son apport personnel pour mieux séduire les établissements de crédit. Pour négocier les meilleures offres, il est aussi de passer par un courtier.

Le financement des entreprises en France

credit-pret

La production des crédits aux entreprises

La Fédération Bancaire Française (FBF) a fait le point sur le financement des entreprises jusqu’à fin février. Selon la FBF, annuellement, soit de février 2017 à 2018, la production des crédits aux entreprises a progressé de 5,5 %. L’encours a alors atteint 967 milliards d’euros.

La Banque de France donne plus de détails à ce sujet. Cette institution indique notamment que plus d’un million d’entreprises et de Petites et Moyennes Entreprises (PME) financent leurs activités par le crédit. À savoir que mensuellement, 25 milliards d’euros de nouveaux crédits sont accordés aux entreprises. Par jour, cela représente 882 millions d’euros de nouveaux prêts. Les sociétés utilisent les fonds perçus pour investir dans de nouveaux équipements de production ou encore pour financer leurs besoins de trésorerie.

D’ailleurs, en détail, il s’avère que la croissance des crédits d’investissement et des crédits de trésorerie a fait un bond de 6, 7 % et 2,9 %, respectivement.

Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) bénéficient particulièrement de faibles taux d’intérêt. En effet, comparativement au tarif pratiqué dans le reste de la zone euro, soit 2,11 %, les PME peuvent accéder à un taux de 1,81 % seulement.

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Épargne : la collecte nette enregistrée au niveau du Livret A

apport-personnel

Épargne : la collecte du Livret A et du LDDS

En matière d’épargne, il semblerait que le produit le plus plébiscité par les Français, soit le Livret A, se porte bien. C’est ce que rapporte le dernier rapport communiqué par la Caisse des Dépôts (CDC).

En effet, après un léger ralentissement noté en février, il s’avère que la tendance s’est inversée en mars dernier. La CDC compte plus de dépôts que de retraits, et ce, à hauteur de 1,72 milliard d’euros.

Ces statistiques sont favorables étant donné qu’en février dernier, la collecte ne s’élevait qu’à 1,07 milliard d’euros.

Enfin sur les trois premiers mois de l’année, sachez le Livret A compte un dépôt de 6,38 milliards d’euros. Cela montre une croissance dynamique comparativement aux chiffres recensés l’an dernier à la même période, soit 5,90 milliards d’euros.

Un autre produit d’épargne affiche aussi une tendance haussière, il s’agit du Livret de développement durable et solidaire (LDDS). Le mois dernier, la collecte nette du LDDS atteignait 470 millions d’euros.

Ainsi, au total, les ménages ont placé 383,3 milliards d’euros sur le Livre A et le Livret de développement durable et solidaire.

Affaire à suivre ! Restez connecté pour en apprendre plus à ce sujet. Sinon, vous pouvez aussi consulter le rapport officiel de la CDC.