Taux immobiliers : les barèmes pratiqués ne devraient pas augmenter en 2018

Selon un article publié par le courtier Meilleurtaux, il apparaît que les taux immobiliers fixés par les banques lors de l’octroi d’un prêt ne devraient pas augmenter de façon fulgurante en 2018. Et pour cause, les organismes prêteurs ont pour ambition de conclure autant de transactions qu’en 2017. Or, le nombre de requêtes de renégociation et de rachat de crédit immobilier a considérablement diminué. Ces derniers mois, ce type de demandes ne représentait plus que 5 % de la totalité des dossiers.

taux-immobilier.jpeg
Évolution des taux immobiliers : les prévisions

Du coup, si les banques veulent atteindre un chiffre d’affaires aussi élevé qu’en 2017, il sera impératif qu’elles fassent jouer la concurrence. Pour y parvenir, elles devront proposer des tarifs préférentiels, voire des conditions d’octroi qui se distinguent des autres offres de financement. Ce sont les seuls moyens envisageables pour fidéliser les clients et en conquérir de nouveaux.

Néanmoins, bien qu’il soit fort probable que les instituts financiers ne revoient pas leurs taux d’intérêt à la hausse, ce n’est pas un scénario à écarter. En effet, si la Banque centrale européenne (BCE) change de politique monétaire ou si la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur cause une perte trop conséquente, le tarif pratiqué pourrait augmenter.

Affaire à suivre, restez connectés pour ne rien manquer !

Advertisements

Crédit logement : la durée de remboursement et les taux moyens pratiqués

Il y a du nouveau en matière de crédit logement, que ce soit au niveau de la durée de remboursement ou des taux d’intérêt. C’est ce qu’ont récemment révélé les derniers indicateurs de l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

credit-logement.jpeg
Les conditions d’octroi liées au crédit logement

En janvier dernier, le tarif moyen pratiqué sur le marché de la pierre s’élevait notamment à 1,49 %. Cela représente un taux de 1,32 % sur 15 ans, 1,49 % sur 20 ans et 1,79 % sur 25 ans. Quant à la durée de remboursement, elle atteignait 218 mois durant cette période.

Bien que les conditions d’octroi des prêts immobiliers soient favorables aux emprunteurs, l’Observatoire Crédit Logement/CSA note un repli au niveau de la demande de financement. Ce ralentissement serait notamment dû à la hausse des prix de l’immobilier.

Quant au coût relatif moyen des opérations réalisées, il s’est établi à 4 années de revenus. Ce sont donc les clients les plus aisés qui parviennent à profiter de cette conjoncture.

Pour en apprendre davantage concernant les conditions selon lesquelles les organismes prêteurs accordent des prêts immobiliers, consultez le rapport complet de l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Les informations disponibles vous permettent d’en savoir plus au sujet de l’accession à la propriété dans le neuf et l’ancien.

Taux immobiliers : comment évoluent-ils en 2018 ?

Comment évoluent les taux immobiliers en ce début d’année ? Selon le site d’information Les Échos, il semblerait qu’une stabilité soit à noter au niveau de ce secteur d’activité. La directrice de la communication de Meilleurtaux, Maël Bernier, émet le même constat.

taux-immobiliers.jpeg
L’évolution des taux immobiliers en 2018

Par exemple, chez ce courtier spécialisé en crédit immobilier, les prêts à taux fixe sont, en moyenne, octroyés à hauteur de 1,40 % sur 15 ans, à 1,62 % sur 20 ans et à 1,85 % sur 25 ans. Attention ! Ce tarif ne comprend pas les frais de l’assurance emprunteur.

Selon le communiqué du quotidien français mentionné plus haut, il paraît même que les souscripteurs disposant d’un excellent dossier bénéficient de taux préférentiels. La décote varie alors entre 0,15 % et 0,20 %. Cependant, il se pourrait que la tendance s’inverse et que la conjoncture ne soit plus aussi favorable aux particuliers désireux de concrétiser un projet immobilier. Et pour cause, bien que la politique monétaire adoptée par la Banque centrale européenne (BCE) soit avantageuse, la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur est susceptible de causer l’inflation des taux d’intérêt.

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire dans la case ci-dessous.

Taux immobiliers : le barème fixé en janvier 2018

Les courtiers ont récemment fait le point sur les taux immobiliers pratiqués sur le marché de la pierre au mois de janvier. Selon un communiqué issu du site Pap.fr, il semblerait que certains organismes prêteurs ont revu leurs barèmes à la baisse alors que d’autres les ont légèrement augmentés. La majorité des établissements financiers a cependant maintenu les mêmes pourcentages que ceux établis en décembre 2017.

taux-immobilier
Les taux immobiliers pratiqués en janvier 2018

Ainsi, en moyenne et hors assurance emprunteur, les taux d’intérêt sont fixés à 1,50 % sur 15 ans, 1,70 % sur 20 ans et 1,90 % sur 25 ans, indique le courtier Empruntis.com. Selon la directrice de la communication de Meilleurtaux.com, Maël Bernier, le barème ne devrait pas dépasser la barre symbolique des 2 % au cours des prochaines semaines.

Selon un article publié par Pap.fr, les emprunteurs qui souhaitent accéder à la propriété devraient se lancer dès le début de l’année. Et pour cause, les conditions d’octroi liées au crédit logement pourraient se détériorer lors des mois à venir. C’est ce qu’a fait ressortir Cécile Roquelaure, directrice des études et de la communication d’Empruntis.

Si vous comptez déposer une demande de financement prochainement, pensez à soigner votre dossier et à faire jouer la concurrence entre les banques !

Taux immobiliers : malgré le faible tarif pratiqué, le pouvoir d’achat recule

Malgré les faibles taux immobiliers pratiqués sur le marché de la pierre, le pouvoir d’achat des ménages a reculé, indique un article publié sur le site Meilleurtaux.

immo
Le pouvoir d’achat des ménages recule malgré les faibles taux immobiliers accordés par les banques

Pour rappel, selon les derniers indicateurs de l’Observatoire Crédit Logement/CSA datant de novembre 2017, les taux moyens étaient fixés à 1,54 %. Cela représentait 1,35 % sur 15 ans, 1,54 % sur 20 ans et 1,83 % sur 25 ans. Les emprunteurs pouvaient également profiter d’une longue durée de remboursement, soit de 219 mois durant cette période.

Cependant, malgré le fait que les taux d’intérêt se soient stabilisés depuis le mois d’avril, cela n’a pas suffi à améliorer le pouvoir d’achat des ménages. En effet, la hausse des prix du logement était trop conséquente dans certaines villes, rapporte l’Observatoire Crédit Logement/CSA. C’est surtout à Paris que les prix ont fait un bond spectaculaire. Selon le courtier mentionné plus haut, il semblerait qu’il faille compter 9 190 euros le mètre carré dans cette région.

Face à cette conjoncture, il s’avère que les demandes de prêt à l’habitat ont diminué l’an dernier. Pour suivre l’évolution de ce secteur d’activité, veuillez rester connecté à ce blog, car des informations vous seront régulièrement communiquées à ce sujet.

Les faibles taux immobiliers ont profité aux profils moyens l’an dernier

En 2017, plus précisément à la fin de l’année, il semblerait que les faibles taux immobiliers aient profité aux profils moyens. C’est ce que fait ressortir le courtier Meilleurtaux dans un article.

taux-immobiliers
La baisse des taux d’intérêt a profité aux profils moyens l’an dernier

En effet, au mois de décembre, le tarif pratiqué sur le marché de la pierre a été revu à la baisse dans diverses régions françaises, et ce, toutes durées confondues. À savoir que de nombreuses enseignes nationales et caisses régionales ont adopté cette démarche. Les taux d’intérêt tendent ainsi à être quelque peu similaires chez différents organismes financiers.

À savoir que sur 15 ans, les taux se sont en moyenne établis à 1,10 %. Sur 20 ans, ces derniers tournent aux alentours de 1,30 %. Au vu de ces statistiques, Meilleurtaux indique que :

« Ces taux mini sont toujours très compétitifs puisque seuls 20 centimes les séparent des seuils historiques enregistrés au cours du dernier trimestre 2016. »

Les emprunteurs disposant d’un excellent dossier ne sont pas les seuls à profiter de cette conjoncture ! Les profils moyens ont également été en mesure de bénéficier d’une décote de la part des créditeurs. Selon le courtier mentionné plus haut, aucune augmentation vraiment importante ne devrait avoir lieu dans ce secteur d’activité en ce début d’année.

Les primo-accédants bénéficient d’une baisse de taux

Un article publié sur Meilleurtaux révèle que les taux immobiliers accordés aux primo-accédants affichent une tendance baissière. À travers cette démarche, les banques tiennent à limiter la baisse des demandes de prêt à l’habitat et à attirer de nouveaux clients.

baisse-de-taux-immobilier
Les primo-accédants peuvent profiter d’un taux immobilier intéressant

Il semblerait que les emprunteurs disposant des meilleurs dossiers peuvent accéder à un crédit logement à un tarif compris entre 1,25 % et 1,30 % seulement. C’est ce que rapportent les courtiers spécialisés dans ce domaine.

La conjoncture devrait rester favorable aux particuliers désireux d’acheter leur première résidence principale jusqu’à début 2018.