Les TPE ont difficilement accès aux crédits

Si les faibles taux d’intérêt ont permis à plusieurs entreprises de contracter des emprunts, cela n’a pas été aussi fructueux pour les TPE (très petites entreprises).

Le dispositif fiscal de suramortissement, mis en place en 2015, étant arrivé à son terme, le mois de février 2017 a vu une hausse de 2,8% du nombre de crédits accordés aux PME. En mars, les prêts d’équipement en cours ont grimpé de 6,3 %. Cependant, ces progressions globales ne reflètent pas la tendance en ce qu’il s’agit des entreprises à moins de 10 employés.

credit-en-ligne
Les TPE ont difficilement accès aux crédits

Selon la Banque de France, 82 % des demandes des TPE, soit une baisse de 3 % par rapport au 4e trimestre de 2016, ont été acceptées depuis janvier. Par opposition, les PME ont reçu une réponse positive dans 94 % des cas. Le bilan trimestriel est d’autant plus accablant pour les TPE vu que le nombre d’entre elles bénéficiant des crédits de trésorerie est passé de 70 % (fin 2016) à 66 %. L’écart est également flagrant ici, car les PME sont parvenues à contracter cet emprunt dans 82 % des cas.

Les raisons de cette disparité sont multiples. D’une part, les banques sont réticentes à l’idée d’accorder un prêt aux TPE, car la relative instabilité de ces dernières accroît le risque financier. D’autre part, la fermeture de plusieurs agences bancaires répandues en France n’a pas arrangé les affaires des TPE. Selon François Asselin, président de la CPME, « Cette moindre proximité sur le terrain va complexifier les relations entre les banques et les très petites entreprises ».

L’introduction d’un fonds de garantie a notamment été faite pour remédier aux problèmes des TPE.

Advertisements