Achat et prêt immobilier, ce qu’il faut savoir avant d’emprunter

Le second semestre de 2018 n’a pas tari en surprises. Le secteur de l’achat et prêt immobilier a continué de surprendre. Après plusieurs mois de faibles taux, le niveau historiquement bas avait été atteint. La Banque de France estime la moyenne à 1,50 % par an. D’ailleurs, l’encours à l’emprunt a dépassé la barre des 1,000 milliards d’euros, un record. Quelques enseignes affichent des hausses de 0,03 à 0,10 % selon la période de remboursement tout en demeurant favorables. Les tarifs d’assurance ont par ailleurs déjà été revus par certains organismes.

marche du pret immo
Quoi de neuf pour l’emprunt immobilier ?
Advertisements

Marché immobilier, que faut-il attendre en 2019 ?

En cette fin d’année, le marché immobilier demeure favorable aux achats bien qu’une légère remontée de taux ait été enregistrée par l’Observatoire Crédit Logement/CSA. D’ailleurs, certains organismes sont passés à des propositions de 1,48 %. Et du côté des durées de remboursement, les demandes continuent de grimper. L’allongement est de 20 mois depuis 2014 et de 8 mois depuis le début de 2018. Que signifie cette hausse maîtrisée pour 2019 ? Selon la Banque de France, elle conserverait ses taux directeurs jusqu’en l’été.

lactualite des taux pour 2019
Les taux resteront faibles jusqu’en 2019

Taux annuel effectif global, description l’indicateur indispensable

L’univers financier comporte de nombreux paramètres, en grande partie pour le bien du consommateur. Parmi ces indicateurs figurent le taux annuel effectif global (TAEG) ainsi que le taux d’usure. Ces chiffres, communiqués par la Banque de France, permettent d’établir le montant maximal qu’un prêteur pourra pratiquer durant un trimestre.

La Banque de France publie ainsi ses données chaque trimestre. Elle se base sur les TAEG pratiqués dans divers organismes financiers et en fait une moyenne. Dans ceux-ci sont compris les intérêts, mais également les frais de dossiers et assurances nécessaires à la souscription d’un emprunt. Le taux d’usure, quant à lui, détermine le seuil à ne pas dépasser pour mettre en danger de remboursement le consommateur.

les taux immobiliers, des indicateurs du marche
Surveiller le marché avant d’emprunter

Le but est donc bel et bien de protéger l’emprunteur afin qu’il ait accès à un prêt qui soit en corrélation avec sa capacité de remboursement. Excéder cette limite tarifaire serait passible de sanction judiciaire. Ainsi, la Banque de France émet des taux pour chaque type de crédit : prêt personnel, emprunt immobilier, etc. Garder un œil sur ces chiffres permet d’anticiper la mensualité en utilisant un simulateur.

Les périodes de baisses ne sont pas rares et favorisent les demandes d’emprunt. C’est le cas du secteur de l’immobilier, proposant des taux qui attirent les primo-accédants.

Crédits aux sociétés non financières : la Banque de France fait le point

Comme à son habitude, la Banque de France a fait le point sur l’octroi des crédits aux sociétés non financières. Hormis le crédit de trésorerie, toutes les autres formes de prêt ont progressé.

credit.jpeg
L’évolution des crédits aux sociétés non financières

En effet, les crédits à l’équipement ont fait un bond de 8,3 %, par exemple. Quant aux emprunts immobiliers, ils affichent une croissance moins dynamique. La progression s’élève tout de même à 4,7 %. Quant aux crédits à l’investissement, ils affichent une certaine stabilité.

Consultez l’étude de la BdF pour recueillir plus de détails à ce sujet.

La production des crédits aux entreprises selon la Banque de France

La Banque de France a fait le point sur la production des crédits aux entreprises au mois de novembre. Selon sa dernière étude, il paraît que la croissance des prêts destinés à ce secteur d’activité est dynamique.

credits-aux-entreprises
Le financement des entreprises à travers le crédit

La preuve, fin novembre 2017, l’encours des crédits aux entreprises atteignait 940,2 milliards d’euros. Annuellement, cela représente une progression de 5,4 %.

À savoir que la croissance des prêts destinés aux entreprises concerne divers types de sociétés. Parmi elles se trouvent les Petites et Moyennes Entreprises (PME), les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) et les Grandes Entreprises (GE). Respectivement, le financement de ces compagnies affiche une hausse de 3,8 %, 5,8 % et 3,9 %.

À noter qu’en novembre, le taux d’intérêt moyen qui accompagnait les nouveaux prêts d’un montant unitaire excédant 1 million d’euros avait diminué. En effet, le tarif pratiqué est passé de 1,44 % à 1,35 %. Quant aux taux liés aux emprunts dont le montant est inférieur ou égal à 1 million d’euros, ils sont restés stables au fil des mois. Ils sont notamment passés de 1,71 % à 1,70 % d’octobre à novembre.

Pour en apprendre davantage à ce sujet, consultez le rapport complet de la BdF.

Épargne : le placement préféré des Français selon la Banque de France

En matière d’épargne, il semblerait que le compte courant soit le placement préféré des Français. C’est ce qu’indiquent les dernières statistiques de la Banque de France. Selon cette institution, il semblerait notamment que les particuliers ont effectué un dépôt de 25 milliards d’euros sur leurs comptes courants de janvier à juin 2017. Cet investissement représente le double de ce qui a été placé sur les produits d’épargne réglementée, tels que le Livret A et le Livret de Développement Durable (LDD).

Affaire à suivre !

placement
Le placement préféré des Français

Economie : la Banque de France évalue le taux de croissance

La Banque de France estime que l’économie de l’Hexagone est susceptible de connaître une croissance de 1,4 % en 2017. Toujours selon cette institution, dont les prévisions ne tiennent pas compte des changements post-électoraux, le rythme de cet accroissement s’accélérera jusqu’à 1,6 % en 2018 et 2019. Tandis que la croissance se stabilisera, les retombées du commerce extérieur et les contributions de la consommation des ménages seront réduites. Quant à l’inflation, il s’établira à 1,2 % en 2017 et 2018 avant d’atteindre 1,4 % en 2019.

taux-immobilier
Economie : la Banque de France évalue le taux de croissance