La progression du crédit à la consommation selon l’ASF

Selon les derniers indicateurs de l’Association française des Sociétés Financières, il semblerait que la progression du crédit à la consommation soit de 4,1 %. Ce chiffre reflète l’évolution annuelle (premier trimestre 2016 à 2017) de ce mode de financement. Au total, les crédits classiques ont augmenté de 0,9 % pour atteindre 16,6 milliards d’euros.

credit-conso.jpeg
Crédit consommation : la croissance

En détail, il s’avère que la production des prêts personnels a grimpé de 3,3 %, ce qui représente 6,8 milliards d’euros de plus. Dans ce secteur d’activité, cela a pallié au fait que les crédits affectés soient moins sollicités par les emprunteurs. Une légère diminution de 0,6 %, soit 4,9 milliards d’euros, a été recensée à ce niveau. Avec un taux négatif de 0,9 % (4,8 milliards d’euros), le crédit renouvelable emprunte également une tendance baissière.

Une prestation tire cependant son épingle du jeu, il s’agit de la Location avec Option d’Achat. Majoritairement plébiscitée pour financer l’acquisition d’un véhicule, la LOA affiche une forte croissance au premier semestre. La progression recensée est notamment de 22,8 %, ce qui équivaut à 3,5 milliards d’euros. Au total, la LOA et le crédit auto classique représentent, à eux seuls, 20 % de la production du crédit à la consommation.

Affaire à suivre !

Les LOA et les prêts perso en hausse lors du premier trimestre de 2017

Le début de l’année 2017 a été favorable à la production des prêts perso qui a grimpé de 7,5 % pour atteindre un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros.

À l’instar de l’emprunt sans justificatif, la Location avec Option d’Achat et le crédit alloué pour l’achat des voitures d’occasion ont également été revus à la hausse. Tandis que les LOA pèsent 1,4 milliard d’euros avec une progression de 30,1 %, la production des prêts pour les véhicules d’occasion a grimpé de 7,6 %.

credit-auto-voiture-familiale
Les LOA a connu une progression de 30,1 %

Par contre, une chute de 16,9 % a été enregistrée en ce qui concerne les crédits affectés pour les voitures neuves. Ceci a notamment provoqué un repli de 0,5 % dans la production de prêts liés à l’achat d’un bien. D’un point de vue général, le financement automobile a produit 2 milliards d’euros, ce qui équivaut à une hausse de 11,6 %.

Qu’en est-il de l’évolution globale de la production des crédits conso ? Comme l’attestent les chiffres de l’Association Française des Sociétés Financières portés sur le premier trimestre 2017, une progression de 6,2 % sur un an a été notée pour les transactions liées au crédit à la consommation.

Si cette hausse suit la bonne dynamique débutée en 2015, elle est toutefois inférieure de 12,4 % au niveau exceptionnel atteint en septembre 2008.

Crédit à la consommation : les demandes en hausse

money-1005477_960_720

La production de crédit consommation en hausse

Les demandes de crédit à la consommation sont en hausse durant le premier trimestre de 2016. L’Association française des Sociétés Financières (ASF) indique également dans son étude que la distribution de prêts dédiés aux ménages représente 9,23 milliards d’euros au cours de cette période. Même si la reprise du crédit conso se confirme, la progression reste toujours faible comparée à l’année 2008. Le financement d’automobiles neuves reste le principal moteur de cette reprise à travers la Location avec Option d’Achat (LOA).

Prêts à la consommation : les encours en nette progression

bourse-finance

Les encours de crédit conso remontent graduellement

L’année 2015 a été particulièrement favorable pour le credit consommation. Les derniers chiffres publiés en octobre démontrent que les prêts à la consommation continuent leur progression. Les encours ont par ailleurs accusé une hausse de 6,4 % sur une année indique l’Association française des sociétés financières dans son bilan. Ce bond est notamment dû au secteur de l’automobile qui a aussi connu un boom au cours de l’année (+42,9 %). On note également une nette progression du prêt personnel qui affiche une hausse de 6,1 % depuis le début de 2015.