Découvert bancaire et trésorerie, qu’en est-il exactement ?

Le découvert bancaire est une pratique financière selon laquelle un consommateur est autorisé à utiliser une somme qui n’est pas disponible sur son compte. Cela le place en situation débiteur et est donc « prêtée » par l’organisme financier avec une limite de durée et de montant. Toutefois, dans un univers bancaire de plus en plus digitalisé, n’y aurait-il pas d’autres alternatives ? Le crédit en ligne pourrait par exemple répondre à ce besoin de trésorerie rapide à rembourser en quelques mois.

credit-conso
Le crédit en ligne, l’alternative au découvert
Advertisements

Taux : c’est le bon moment de renégocier

pret-immo

Profitez des taux pour renégocier

Les taux de crédit logement demeurent particulièrement faibles en cette période de l’année. En dépit des prédictions des spécialistes du secteur, les barèmes continuent d’accuser de légères baisses. Selon le courtier Meilleurtaux, les taux se situent en moyenne à 1,41 %, 1,63 % et 1,83 % sur 15, 20 et 25 ans respectivement.

Les ménages français ont ainsi tout intérêt à souscrire un crédit logement pour acquérir un bien immobilier ou encore pour investir dans le locatif. Les taux actuels peuvent aussi être mis à profit pour entreprendre la renégociation de son emprunt. Ce faisant, les emprunteurs peuvent réaliser des économies sur le montant restant dû de leur prêt et ainsi débloquer du pouvoir d’achat. Le courtier Credixia précise que les souscripteurs disposant des meilleurs dossiers peuvent prétendre à des taux moyens de 0,75 %, 0,95 %, 1,10 %, 1,30 % sur 10, 15, 20 et 25 ans respectivement hors assurance.

Toutefois, même si les conditions d’accès sont intéressantes, les particuliers font face depuis quelque temps à la hausse des prix. Pour contrer cet obstacle, les emprunteurs peuvent toutefois contracter un crédit sur des durées plus longues. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, la durée moyenne était de 220 mois en avril.

Crédit immobilier : c’est toujours le bon moment d’emprunter

immo

Les taux favorisent la souscription

Les taux de crédit immobilier ont accusé de nouvelles baisses durant les derniers mois selon les analyses de l’Observatoire Crédit Logement/CSA. La situation demeure ainsi propice pour l’acquisition d’un nouveau bien immobilier ou encore pour investir dans le locatif. Les emprunteurs peuvent aussi en profiter pour entreprendre la renégociation d’un prêt souscrit plus tôt.

Cependant, même si les taux demeurent faibles, tout le monde ne peut prétendre à des offres avantageuses. En effet, certains souscripteurs sont mieux lotis que d’autres. Les établissements prêteurs privilégieraient ainsi les emprunteurs disposant d’une situation personnelle et professionnelle stable. Si vous êtes en couple et que vous disposez d’un CDI (Contrat à Durée Indéterminée), vous avez toutes vos chances de négocier les meilleures offres de crédit immobilier.

Cependant, si vous détenez un CDD (Contrat à Durée Déterminée), vous pourrez aussi prétendre à ces offres. En effet, si vous commencez une carrière prometteuse et que vous disposez d’un apport personnel conséquent, vous pourrez facilement séduire les banques. Ces dernières se chargeront également d’analyser votre tenue de compte. Veillez à réguler vos dépenses et mettre de l’argent de côté régulièrement.

Si vous avez besoin de conseils pour monter votre dossier de crédit, vous pourrez contracter les services d’un courtier.

ASF : nouvelle progression du crédit conso

capacite-de-remboursement

Le crédit à la consommation affiche une progression

Si on en croit les dernières indications de l’Association française des sociétés financières (ASF), le marché du crédit à la consommation a une nouvelle fois progressé, et continue ainsi sur la bonne lancée des quatre dernières années. Ce redressement a d’ailleurs été possible grâce aux prêts non affectés.

Au cours du premier trimestre de 2018, le crédit à la consommation a progressé de 3,2 % en comparaison à la même période en 2017. Le rapport récemment publié par l’ASF précise également que la production a atteint 10 milliards d’euros aux trois premiers mois. Les prêts personnels ont été le principal moteur de cette progression en accusant une hausse de 1,5 %. On note également que les opérations de LOA (Location avec Option d’Achat) ont aussi contribué au redressement du crédit conso. Ce type de financement a affiché un bond de 15 % contre 13 % au cours de 2017.

Cependant, il faut souligner que le crédit renouvelable a légèrement reculé au début de l’année. Cette formule de financement, qui est libre d’utilisation, a ainsi affiché une baisse de 0,7 %. L’autre point important de cette étude indique que la LOA est de plus en plus utilisée par les particuliers alors qu’elle était initialement prévue pour les entreprises.

Crédits aux ménages : le prêt conso pour des achats importants

credit-auto

Le crédit à la consommation privilégié pour des dépenses importantes

Selon les récentes analyses de l’Observatoire des crédits aux ménages, un peu plus d’un foyer sur 4 détenait un prêt à la consommation en 2017. La majorité des emprunteurs ont d’ailleurs souscrit un emprunt de ce type pour réaliser des projets importants comme l’acquisition d’un véhicule ou encore la réalisation de travaux de rénovation.

On note ainsi que 43 % des ménages français souscrivent un crédit à la consommation pour acheter un véhicule, 23 % pour entreprendre des travaux dans leur domicile, 18 % pour acquérir des équipements pour la maison, 12 % pour régler des factures et 8 % pour des achats divers du quotidien. En 2017, 7 millions de particuliers ont fait appel à un crédit conso pour la réalisation de leurs projets. Pour mieux soutenir ces derniers, les établissements prêteurs mettent à leur disposition des crédits affectés et non affectés.

Ainsi, des solutions financières comme le crédit auto ou encore le prêt travaux sont directement liées à un achat spécifique. Si la transaction est annulée, le contrat d’emprunt l’est aussi. Les crédits non affectés, comme son nom l’indique, sont libres d’utilisation. Le prêt personnel et le crédit renouvelable en font d’ailleurs partie. Le souscripteur n’est également pas tenu de soumettre des justificatifs de vente.

Capacité de remboursement : l’évaluation est indispensable

Avant de souscrire un prêt à l’habitat, veillez à calculer votre capacité de remboursement. C’est une étape incontournable ! Et pour cause, cela vous permettra de déterminer la somme que vous pouvez emprunter sans risquer de faire face au surendettement. À savoir que les banques recommandent vivement que le taux d’endettement ne dépasse pas les 33 %.

capacite-de-remboursement.jpeg
Calculez votre capacité de remboursement avant d’emprunter

Le mieux serait de constituer un budget. Prenez en considération le Taux Effectif Global (TEG) prévisionnel obtenu lors d’une simulation pour effectuer les calculs nécessaires.

Projet d’acquisition immobilière : les solutions envisageables

Vous désirez acheter une résidence principale, mais le prix du logement représente un frein à votre projet d’acquisition immobilière ? Sachez que vous pouvez contourner ce problème en optant pour une durée de remboursement allant jusqu’à 30 ou 35 ans. En étalant le règlement des mensualités sur une longue période, vous augmenterez votre capacité d’emprunt. C’est un compromis qui devrait vous permettre d’acheter, plus facilement, votre premier logement. Pensez également à vérifier votre éligibilité aux aides de l’État. Le Prêt à Taux Zéro (PTZ) pourrait, sous certaines conditions, vous soutenir dans ce projet.

pret-immobilier.jpeg
Les solutions financières susceptibles de vous aider à réaliser un projet immobilier